Cédric Cornet confirme sa légitimité

Cédric Cornet, président de La Riviera du Levant

Sa légitimité avait déjà été validée par 4 724 citoyens du Gosier, le 28 juin 2020, à l’occasion du second tour des élections municipales. Cette fois, ce sont 22 de ses pairs (auxquels il faut l’ajouter), représentant quatre communes (Le Gosier, Sainte-Anne, Saint-François et La Désirade) qui ont porté Cédric Cornet à la tête de la communauté d’agglomération La Riviera du Levant (CARL) et, in fine, l’ont positionné pour devenir un homme clé des batailles électorales de 2021. C’était, hier, mercredi 15 juillet 2020, au gymnase ouvert de l’école de Douville, à Sainte-Anne.

CORNET, PANCREL, TONTON : TRIO FATAL POUR BAPTISTE


À la proclamation des résultats, Cédric Cornet affiche le sourire des grands jours.

Le maire du Gosier est donc devenu président de cet établissement public de coopération intercommunale (EPCI) avec 23 voix, devançant, le maire de Sainte-Anne, Christian Baptiste, du Parti progressiste et  démocratique de la Guadeloupe (PPDG) allié de la fédération guadeloupéenne du Parti socialiste (PS), 18 voix.
Une belle victoire remportée grâce à ses douze collègues de la majorité municipale du Gosier mais aussi avec l’aval des six élus du groupe majoritaire de Saint-François, dont le maire Bernard Pancrel, ainsi que du maire de La Désirade, seul élu communautaire de cette île.
Les autres suffrages proviennent probablement des adversaires de Christian Baptiste à Sainte-Anne, notamment Nicole Solvar-Sinivassin (elle a remplacé Marlène Captant démissionnaire) et d’un ou deux de trois des quatre élus de l’opposition du Gosier. Jean-Claude Christophe étant à exclure de l’option Cornet, il reste Jocelyne Virolan, qui avait déjà accepté de faire partie de la délégation des élus du centre communal d’action sociale du Gosier. Quant à Patrice Pierre-Justin et Nadia Célini, ils semblent avoir accepté leur défaite du 28 juin 2020 et être prêts à s’investir pour développer leur commune, tout en restant vigilants. Bien entendu, le vote étant secret, nous n’avons aucune confirmation de cette supposition.

LA MAJORITÉ SAINTANNAISE ÉCARTÉE


Bernard Pancrel n’a pas donné ses voix pour rien. Les six élus de son groupe ont un poste de vice-président. Le maire de Saint-François apparaît comme le vrai gagnant de cette élection.

Cependant, la liste des vice-présidents vient étayer nos propos. D’ailleurs, juste après son élection, le nouveau président de la CARL a demandé une suspension de séance et a invité les maires de Saint-François et de La Désirade à le rejoindre, en oubliant au passage leur homologue de Sainte-Anne. Ainsi, ont été élus :
– Bernard Pancrel, 1er vice-président (maire de Saint-François) ;
– Loïc Tonton, 2e vice-président (maire de La Désirade) ;
– Nicole Solvar épouse Sinivassin, 3e vice-présidente (conseillère municipale de l’opposition à Sainte-Anne) ;
– Liliane Montout, 4e vice-présidente (1re adjointe au maire du Gosier) ;
– Jean-Luc Périan, 5e vice-président (2e adjoint au maire de Saint-François) ;
– Guy Baclet, 6e vice-président (2e adjoint au maire du Gosier) ;
– Myriam Brosius, 7e vice-présidente (5e adjointe au maire de Saint-François) ;
– Wennie Molia, 8e vice-présidente (3e adjointe au maire du Gosier) ;
– Richard Albert, 9e vice-président (conseiller municipal de la majorité à Saint-François) ;
– Nanouchka Louis, 10e vice-présidente (5e adjointe au maire du Gosier),
– Mélia Phoudiah, 11e vice-présidente (conseillère municipale de la majorité à Saint-François) ;
– Muguette Daijardin, 12e vice-présidente (1re adjointe au maire de Saint-François).
Deux membres sont à ajouter à ce bureau : Patrice Pierre-Justin et Nadia Célini (conseillers municipaux de l’opposition au Gosier).

UNE RÉPARTITION QUI VA FAIRE JASER


Avant l’élection, Christian Baptiste semblait déjà soucieux.

Ainsi, ce bureau compte six vice-présidents issus de la majorité de Saint-François, quatre de la majorité du Gosier, l’unique représentant de La Désirade et aucun de la majorité de Sainte-Anne, qui compte pourtant treize élus. Lot de consolation pour les Saintannais : la place de 3e vice-présidente est occupée par une conseillère municipale de l’opposition, Nicole Solvar-Sinivassin.
Assurément cette répartition ne manquera pas de faire jaser, tant elle ressemble à une mise à l’écart des élus de la majorité saintannaise, un peu comme cela s’est passé pour quatre communes de Grand Sud Caraïbe (Basse-Terre, Saint-Claude, Baillif et Vieux-Habitants). Même l’opposition du Gosier est mieux lotie, puisqu’elle décroche les deux postes de membres du bureau, ce qui confirme notre analyse concernant la 23e voix apportée à Cédric Cornet.
Pourtant, rien ne laissait présager une telle mise à l’écart de la majorité saintannaise, quand on pense au discours particulièrement élogieux qu’avait prononcé Lucien Galvani, représentant du maire de Sainte-Anne, lors du conseil municipal d’installation du Gosier, le 5 juillet 2020. Le conseiller municipal et communautaire avait chaleureusement félicité Cédric Cornet et tracé des plans sur la perspective d’un travail en collaboration dans le cadre de l’intercommunalité.

UN PROGRAMME CLAIR

Désormais Cédric Cornet, Bernard Pancrel et Loïc Tonton sont seuls maîtres à bord du navire de La Riviera du Levant, avec comme feuille de route le programme présenté par le nouveau président de la CARL, aussitôt son élection. D’ailleurs, il avait déjà publié ce programme dès sa déclaration de candidature. Tout le monde savait donc clairement pourquoi il se présentait à ce scrutin : mettre en place un plan Marshall de l’eau et de l’assainissement, créer une unité de traitement des déchets avec le concours de Cap Excellence et du Nord Grande-Terre, organiser le transport, construire le siège de la CARL, soutenir la création de pépinières d’entreprise, aider à l’installation d’un deuxième bateau faisant la navette entre La Désirade et Saint-François…
Ce programme a visiblement plu puisqu’il a reçu une large adhésion, au-delà de son camp, sans doute grâce à des négociations rondement menées. Ce qui peut permettre de penser que Cédric Cornet est plus aguerri qu’il n’y paraît.

PAS DE BÉNÉVOLAT À LA CARL

Place au travail maintenant ! Et pour cela, il aura besoin de toutes ses forces et de ses indemnités. S’il n’en percevra pas au Gosier — ce qui sera voté lors du conseil municipal du 23 juillet 2020 — il acceptera celles que lui versera la CARL. Une situation en concordance avec son programme dans lequel il était question uniquement de conseil municipal bénévole, car indique-t-il « gérer un territoire 80 000 habitants n’est pas gérer une entreprise de deux personnes, il faut être omniprésent. Je dois être là pour m’occuper des populations pendant six années. Je ne partirai pas en vacances. »
D’ailleurs, il pense que, compte tenu de la réduction des compétences des maires au profit des EPCI, « aucun maire ne devrait percevoir d’indemnités », mais ça, ce n’est pas pour demain et ce n’est pas lui qui décide.


L’équipe municipale de Cédric Cornet très heureuse de cette nouvelle victoire. « J’ai une équipe de tonnerre », clame-t-il.

POUR EN AVOIR PLUS
• L’intégralité du discours de Cédric Cornet
• Facebook La Riviera du Levant

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*