Élections et état d’urgence : adapter sa campagne

Illustration campagne électorale
Les dates du 13 et du 20 juin 2021 ont été retenues par les parlementaires, pour l’organisation des élections régionales et départementales. Les candidats potentiels et partis politiques peuvent continuer à préparer leur campagne avec une échéance précise.
Malgré tout, cette campagne électorale risque d’être particulière, en raison de la prolongation de l’état d’urgence au 1er juin, soit deux semaines avant le premier tour.
La population est habituée à ce dispositif exceptionnel, créé il y a près d’un an pour faire face à la pandémie de Covid-19. La première période d’état d’urgence avait débuté le 23 mars 2020 pour s’achever le 10 juillet. Elle avait été renouvelée le 17 octobre et devait prendre fin le 16 février. Mais mardi (9 février 2021) les députés ont voté sa prolongation, avec 278 votes pour, 193 contre et 13 abstentions.

Une mesure exceptionnelle

Rappelons que « l’état d’urgence sanitaire est une mesure exceptionnelle pouvant être décidée en Conseil des ministres en cas de catastrophe sanitaire, notamment d’épidémie, mettant en péril la santé de la population ». C’est la précision apportée par le site gouvernemental vie-publique.fr. La principale caractéristique de l’état d’urgence est la possibilité offerte au Premier ministre de restreindre les libertés de circulation des citoyens sans en référer au Parlement.
Ainsi des mesures de confinements, de couvre-feu ou de déplacements dans un périmètre limité peuvent être prises à tout moment.

Privilégier la campagne digitale

La prolongation de ce dispositif vient rappeler que la pandémie est toujours une réalité. S’agissant des élections, il faut donc bien comprendre que la campagne électorale ne se déroulera pas comme celles d’avant mars 2020. D’ailleurs une disposition du projet de loi de report de ces scrutins offre la possibilité aux candidats de mettre en place un numéro d’appel gratuit pour permettre aux électeurs de se renseigner sur leurs programmes.
Autrement dit, la campagne qui sera mise en place devra privilégier la communication digitale, un peu comme avant le second tour des élections municipales, le 28 juin 2020.

Trouver des alternatives aux moyens traditionnels

Les parlementaires ayant prolongé d’une semaine (19 jours au lieu de 12) la campagne officielle, entre le 1er juin et la fin de cette campagne, le 12 juin, il sera toujours temps de retourner aux opérations de porte-à-porte et aux meetings. Cependant, il sera toujours nécessaire, voire obligatoire, de prendre les précautions d’usage puisqu’il est évident que le virus ne disparaîtra pas du jour au lendemain. Sinon, il y a aussi la possibilité d’adopter d’autres moyens de faire campagne pour ces régionales et départementales, notamment la diffusion sonore de messages enregistrés, en sillonnant les quartiers sans débarquer des véhicules utilisés. Cela peut être une alternative aux moyens utilisés traditionnellement.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*